L'orthographe

La plupart des curés, officiers d'état civil et autres notaires du passé, mais aussi les TALAZAC qui savaient écrire, ont écrit TALAZAC, avec parfois un S à la place du Z. On trouve aussi TALLAZAC ou THALAZAC, et lorsque Pierre TALAZAC, originaire de Villeneuve de Rivière près de Saint Gaudens, s'installe à Andoins près de Pau à la fin du 18ème siècle, son nom devient TALAZACQ, comme il est de règle en Béarn pour les noms terminés par le son AC.

Aujourd'hui on trouve 3 orthographes :
  • TALAZAC, pour l'écrasante majorité
  • TALAZACQ, pour les descendants de la branche d'Andoins
  • TALASAC, en Espagne

Il semblerait toutefois qu'il subsiste encore aujourd'hui, en région parisienne, des TALLAZAC descendants de la souche de Monbardon, branche de Bordeaux.

Faut-il considérer les TALZAC de Gironde et de Charente comme des cousins qui, au gré des écritures, auraient perdu un A ? Il n'en est rien, les TALZAC étant issus de Elie né en 1830 à Angoulême, de père et mère inconnus, qui a reçu le nom de TALZAC selon la fantaisie de l'hôpital qui l'a recueilli ou de l'employé de mairie qui l'a enregistré.
Jean Vital, marchand de l'Isle en D., en 1623
Jérôme, forgeron de Villefranche, en 1761
François, cultivateur de Bachos, en 1785
Pierre, cultivateur de Bachos, en 1785


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : mardi 22 mai 2012