ANAN

// ' );popup.document.close();">Cliquez pour agrandir l'imagePlusieurs générations de forgerons se sont succédé à Anan, apparentées aux TALAZAC de Mirambeau :

  • Bernard (1-1-1), forgeron, est cousin de Jean, forgeron de Mirambeau. Ce lien de parenté ne permet toutefois pas de raccorder avec précision la souche d'Anan à celle de Mirambeau

  • Domenge (1-2-3), forgeron, sera consul d'Anan en 1653

  • Bertrand (1-2-4), forgeron, à l'origine de la branche de Coueilles

  • Blaise (1-3-1), forgeron, sans enfants

  • Jean (1-3-2), forgeron

  • Dominique (1-4-1), forgeron, consul d'Anan en 1695. En 1679 il loue une "boutique de forgeron consistant en un paire de gros souffles, un enclume, trois marteaus, lun deux à deux mains et l'autre à une main, et ce pour le temps et terme de trois ans qui comenceront à toussains présent et finissant à pareil jour trois ans passés, moyenant la some de quatre sacs bled à la mesure du dit l'Isle et payable à chaque feste de toussaint chaque année, commençant à la prochaine feste de l'an 1680 et ainsin consecutifes"

  • Jean (1-4-2), sans descendance

  • Augustin (1-5-1) et Michel (1-5-2) dont on perd la trace.

Les TALAZAC reviendront à Anan au 19ème siècle (agriculteurs de la souche de Mirambeau)

Branche de COUEILLES (31)

Cliquez pour agrandir l'imageEn quelques générations les chefs de famille vont passer du statut d'artisan à celui de bourgeois et notable.
  • Bertrand (2-2-1) est forgeron et à ce titre n'est pas au dernier degré de l'échelle sociale, occupé par les brassiers. Comme tous les forgerons il maîtrise le fer et le feu,  confectionne les outils indispensables à la collectivité et à ce titre bénéficie d'un certain prestige.
  • Dominique (2-3-1) est tailleur
  • Jean Bernard (2-3-2) est trafiquant (aujourd'hui on dirait "commerçant") et roulier (aujourd'hui on dirait "transporteur")
  • Pierre (2-3-3) est curé de St Germier, Sauvimont, Montégut
  • Jean (2-4-3) est trafiquant
  • Bernard (2-5-1) est à l'origine de la branche de Labastide-paumes. Dans un premier temps trafiquant, il affiche ensuite sa condition de bourgeois. Aujourd'hui le terme est péjoratif mais sous l'ancien régime il permettait d'asseoir sa condition sociale, au dessus du peuple des travailleurs. Il sera premier consul (aujourd'hui on dirait "maire") de Labastide-Paumès et possède terres et maisons à Talazac, village de Labastide-Paumès. La conjonction du patronyme et du nom de lieu laisse interrogatif. Bernard TALAZAC a t'il créé et donné son nom au village ? Ou bien ce village existait-il déjà sous ce nom avant l'arrivée de Bernard ?

Branche de LABASTIDE-PAUMES (31)

  • Jean-de-Dieu (3-6-3), bourgeois, maire de Labastide-Paumès sous la révolution. Accusé d'avoir participé à la conspiration royaliste comme enrôleur, ses biens seront mis sous séquestre en 1799. L'énumération de ceux-ci montre que la famille vivait aisément.
  • Jean Bernard (3-7-1), propriétaire, maire de Labastide-Paumès de 1813 à 1830
  • Pierre Jean Théophile (3-8-1), propriétaire, maire de Labastide-Paumès de 1848 à 1870 puis à nouveau en 1876.
  • Louis Joseph Martial (3-8-2), greffier à la justice de paix
  • François Dominique Firmin (3-9-2), médecin, maire de l'Isle en Dodon de 1891 à 1912, chevalier de la légion d'honneur, membre du conseil général de la Haute Garonne de 1889 à 1919.

Une autre famille TALAZAC viendra habiter à Labastide-Paumès (voir la page des Branches orphelines à la rubrique "Mirambeau")

Il existe une rue TALAZAC à Labastide-Paumès.



Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : mardi 22 mai 2012